Les Fusillés de l’Ariane

fusillés ariane

Commémoration des Fusillés de l’Ariane 15 août 1945

Deux jours marquèrent ce lieu d’exécutions de Résistants par les allemands : le 22 juillet et le 15 août 1944.

Les Fusillés du 22 juillet

Deux résistants FTP, Charles Alunni et Claude Mendrjisezky, sont conduits hors de leurs cellules des Nouvelles-Prisons à Nice. Ils sont menés à l’école de l’Ariane pour y être jugés. Après un procès expéditif devant une poignée de militaires allemands décidés à frapper l’opinion, ils sont condamnés à mort. ils sont exécutés immédiatement. Il fait beau. À 10h30, l’officier allemand chargé de l’exécution appelle la Maison Roblot pour qu’un fourgon soit envoyé à l’école de l’Ariane pour venir y chercher le corps des deux résistants que l’on va fusiller.
Maryse, jeune niçoise qui revient de la ferme chargée du lait quotidien, assiste aux derniers instants des résistants. Elle se trouve là par hasard et se cache derrière les taillis.
Les deux résistants sont menés au lieu d’exécution derrière l’école. Ils empruntent un chemin recouvert d’herbes. Ligotés, ils avancent courageusement. Arrivés au lieu d’exécution, Claude Mendrjisezky refuse le bandeau. L’homme qui commande le feu est l’adjudant Jeep Sisowski. Cet officier blond au faciès inquiétant est aussi responsable de l’exécution du résistant juif Roland Levernay au vallon de la Faïssa à Nice le 7 août 1944. Il est onze heures. Les deux résistants tombent sous les rafales des mitrailleuses mortellement blessés. Fauché par les balles, Claude Mendrjisezky pousse un cri en s’affalant en avant. Les deux corps sont récupérés par les pompes funèbres Roblot puis emmenés au cimetière de Caucade à Nice. Ils sont pris en photographie pour identification.
Malheureusement, la traque des Résistants et les exécutions vont s’intensifier…

Les Fusillés du 15 août

Le 15 août a lieu le débarquement en Provence. La nouvelle se diffuse à Nice dans la journée. En représailles du débarquement, les responsables de la Gestapo niçoise, notamment Sikorski, responsable de la police allemande, sélectionnent 21 résistants (18 hommes et 3 femmes) parmi les détenus du quartier allemand des Nouvelles-Prisons. Ils ajoutent à ce groupe deux membres des groupes d’Action du Parti Populaire Français (PPF) qui ont voulu doubler le chef de la Gestapo dans une affaire de vols de biens juifs. Les détenus ont compris ce qui se prépare. Ils sont emmenés sur un terrain vague isolé de l’Ariane, à la limite de la commune de Nice, proche d’une usine, en bordure du Paillon de Nice. Ils sont obligés à sauter du camion et fusillés à coups de mitraillette au fur et à mesure vers seize heures. Jean-Baptiste Malausséna tombe en entonnant à voix haute La Marseillaise. Un cultivateur assiste de loin à toute la scène. Il donne l’alerte sur ce qui vient de passer. Les corps des exécutés sont photographiés par la suite.

La Mémoire des Fusillés

L’association « La mémoire des fusillés de l’Ariane » domiciliée à Saint-André-de-la-Roche (Alpes-Maritimes) œuvre à maintenir vivante la mémoire des résistants et soldats morts pour la France (réunir des témoignages, organisation d’événement, etc.).
Une pièce de théâtre a été réalisée par Robert Girod sur les fusillés du 15 août 1944. Elle est intitulée les Fusillés de l’Ariane et a été jouée plusieurs fois en 2007 sur Nice.
Une plaque commémorative située sur le Monument Aux Morts de l’Ariane à Nice rappelle les exécutions du 15 août 1944. On peut y lire l’inscription : En souvenir des fusillés de l’Ariane par les nazis le 15 août 1944.

Sources :
Robert Girod, Les fusillés de L’Ariane, Artephis, Cannes, 1994
Jean-Louis Panicacci, La Résistance azuréenne, Éditions Serre, 1994
Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire – De la deuxième guerre mondiale dans les Alpes- Maritimes, Éditions Serre
ONAC 06, Les fusillés de L’Ariane 15 août 1944, Collection Mémoire de la seconde guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes

Commentaires désactivés