Les maquisards de Levens devant l'hôtel Scribe à Nice, le lendemain de la Libération

Les maquisards de Levens devant l’hôtel Scribe à Nice, le lendemain de la Libération

Dès sa création, l’ANACR s’est efforcée de rassembler des Résistants(e)s de tous mouvements et sensibilités politiques, philosophiques et religieuses. Sa démarche pluraliste interdisant qu’elle se fasse le relais des options d’une formation politique quelle qu’elle soit ou d’être le lieu de leur expression. Sa nature excluant en son sein des débats certes légitimes mais qui trouvent leur cadre dans la vie citoyenne et sociale, avec les partis républicains, les syndicats et associations démocratiques qui, dans leur diversité, la structurent.

Ainsi c’est, au-delà des différences d’opinions de ses membres, que, dans leur union, l’ANACR a mené son combat depuis plus de 60 ans.

Depuis le début des années cinquante, ce fut le combat contre le réarmement allemand qui réinsérait des généraux nazis, dont certains avaient sévi en France, contre dans notre pays l’amnistie, la réhabilitation et la réintégration – y compris dans la justice et la police – d’anciens collaborateurs et serviteurs zélés du régime pétainiste, contre les poursuites à l’égard de Résistants, pour… faits de Résistance, contre la course aux armements…

Depuis le début des années 1970, l’ANACR a lutté pour la suppression des forclusions qui privèrent un temps les Résistants de la possibilité de faire reconnaître leurs services. Depuis 1989 et pendant près de 25 ans, elle a mené bataille pour l’instauration d’une Journée Nationale de la Résistance, le 27 mai, date anniversaire de la création du CNR devenue journée officielle depuis le 19 juillet 2013.

Faire vivre cette Journée Nationale de la Résistance, notamment en s’adressant ce jour-là aux scolaires pour leur transmettre des connaissances sur ce que furent la réalité du fascisme et le combat antifasciste des Résistants, avec les valeurs qui le motivèrent et inspirèrent le Programme du CNR. Promouvoir le Concours National de la Résistance et de la Déportation. Tels sont les principaux objectifs de l’ANACR, avec la poursuite du combat contre le fascisme,